L'eau

illustrEau

Trois adhérents reviennent du Burkina (novembre 2017). Ils ont fait le tour des écoles primaires pour faire le bilan de nos actions passées. Un constat : le problème de l'accès à une eau potable pour tous les écoliers est la priorité.

Dans chaque école nous avons rencontré les enseignants, les parents d’élèves, le CVD et les mères éducatrices ; nous avons souhaité qu’une participation soit à la charge de leur comité de gestion. Notre présence et notre aide sont attendues pour régler ce problème.

Quelques rappels :

Il y a quinze ans, en partenariat avec l’association AMBF et l’appui du ministère des affaires étrangères, nous avons pu mettre en place dix puits. La règle suivante a été proposée. Il peut être envisagé de modifier ces critères pour tenir compte du potentiel financier des concessions :

  • Elles apportent la moitié de la somme de la réparation et l’association prend en charge les 50% restants.
  • Le devis établi pour une réparation est ferme et définitif.
  • Suite à une réparation, le travail est garanti un an.
  • Il faudra à chaque fois établir un contrat de maintenance pour entretenir et vérifier ce qui a été réparé.
illustrEau

Les années ont passé, les installations ont vieilli, d’autant plus que la maintenance n’était pas toujours assurée. Aujourd’hui la plupart des puits et des pompes nécessitent des réparations et des sur-creusages. Par ailleurs le nombre des écoles est passé de 10 à 31 établissements sans compter les 8 médersas (écoles franco-arabes) sous tutelle de l'éducation nationale du Burkina. Notre dernière mission a fait le point sur la totalité de ces établissements.

Les réparations sur les installations existantes sont estimées à environ 4.000,00 €. Des devis sont en cours d’élaboration. Des demandes ont été faites pour creuser 4 puits à grand diamètre estimés à 1,5 millions de FCFA soit environ 2.280,00 € chacun. Le montant total s’élève à 15.000,00 €, de cette somme il faut retirer la participation des villageois mais certains villages sont moins peuplés et une participation de 50 % leur paraît impossible. Une étude au cas par cas est souhaitable.

Voici quelques photographies montrant les puits déjà réalisés ainsi que leur utilisation :